Hardloop, le 22 mai 2017

7 conseils pour voyager responsable

En ce lundi 22 mai, nous célébrons la journée de la biodiversité et du tourisme durable.

L'été approchant à grands pas ; nous sommes nombreux à préparer nos vacances et à rechercher quelques idées de destinations et conseils pour mieux voyager.

Nous sommes également de plus en plus nombreux à nous interroger sur l'impact de notre activité sur l'environnement y compris lorsque nous voyageons. Aussi, en cette journée mondiale de la biodiversité et du tourisme durable, voici 7 conseils pour voyager responsable !



Voyager responsable c'est mesurer et minimiser notre impact négatif sur une destination donnée, en faisant des choix simples.

Comment voyageons-nous, ce que nous transportons, ce que nous mangeons et buvons, quelle activité nous pratiquons sur place, ce que nous achetons et ce que nous laissons derrière nous... tout ceci peut changer l'impact que nous avons lors de nos différents voyages.


1. S'imprégner de la culture locale

Voyager c'est découvrir, rencontrer, s'imprégner d'une culture et d'un mode de vie différent de notre quotidien.

Préférez l'hébergement chez l'habitant ou des logements tenus par des locaux. Favorisez les transports en commun et les compagnies locales. Mangez des produits locaux et plats typiques. Lors de vos achats, n'essayer pas de négocier à tout prix, ayez la décence de payer les services à un tarif raisonnable.



Adoptez le même comportement que les locaux et demandez leur conseil directement, ils vous apporteront des solutions économiques et vous promettent une expérience atypiques loin des hordes de cars touristiques.


2. Choisir un logement éco-responsable

Renseignez-vous sur les politiques environnementales de votre hébergement : limite du renouvellement des serviettes et draps chaque jour, tri et recyclage, économie sur la consommation d'eau et d'énergie...

L'impact de votre hébergement sur le territoire est également très important. Les resorts et hôtels de luxe ne sont pas toujours en adéquation avec la dynamique locale et peuvent créent des disparités et inégalités.

Certains établissements sont évalués selon des critères précis : l'écolabel européen garantit et valorise les démarches de développement durable et de protection de l'environnement. Les hôtels sont soumis à un cahier des charges de 94 critères, dont 37 sont obligatoires pour l'obtention du label. De la consommation d'énergie à la formation du personnel, en passant par la sensibilisation des clients, tout y passe.



3. Limiter sa consommation d'eau et d'énergie

Prenez des douches courtes (le résident moyen en hôtel consomme 300 litres d'eau par nuit, contre 1 800 litres dans un hôtel de luxe). Chaque année, les touristes du monde entier consomment l'équivalent de 3 fois la quantité d'eau du Lac Supérieur (plus grand lac d'eau douce au monde avec une contenance de plus de 12 000 km 3 d'eau) et utilisent 80 % de la réserve d'énergie première du Japon.

Il est donc préférable de couper l'eau du robinet lorsque vous vous brosser les dents, de prévenir des fuites d'eau et d'éteindre la lumière, le chauffage et la climatisation lorsque vous ne vous en servez pas.



4. Adopter une alimentation saine

Choisissez avec soin ce que vous mettez dans votre assiette. Préférez des produits de saison de production locale ! Ces derniers présentent de très nombreux avantages :

  • Ils sont généralement moins traités car il est moins nécessaire de compenser le manque de soleil ou de nutriments présents dans le sol,
  • Ils sont plus riches en antioxydants et protège donc mieux nos cellules des agressions extérieures : pollution, tabac, UV et permettent de ralentir leur vieillissement,
  • Ils répondent mieux à nos besoins nutritionnels. L'été, avec la chaleur, notre corps dépense moins de calories mais réclame plus d'eau. Cela tombe bien, melon, tomate, salade courgettes et autres les fruits et légumes de la saison en sont gorgés,
  • Ils ont tout simplement plus de goût. Le fait de mûrir naturellement et non dans le transport leur permet d'arriver à maturité,
  • Ils nécessitent moins de carburant pour le transport,
  • Cerise sur le gâteau, ils sont généralement moins chers : moins de transport et moins de taxes.



Soyez attentifs, certaines espèces en danger d'extinction peuvent vous être proposés au menu de votre restaurant préféré. Renseignez-vous au préalable pour affiner votre sélection.


5. Gérer ses déchets

Vous produisez des déchets chaque jour, impossible d'y échapper. Vous pouvez néanmoins en diminuer la quantité et veiller à ne pas les abandonner n'importe où.

Limitez votre consommation de produits et de plastiques à usage unique. Réutilisez tout ce qui peut l'être : les bouteilles d'eau et les sacs de course ne doivent pas servir à une utilisation unique,

Nous générons en moyenne 1 Kg de déchets par jour et par personne, apprenez à restreindre votre volume de détritus et à trier et recycler tout ce que vous pouvez. En France, le taux de recyclage s'élève à 65 %. Une tendance qu'il faut faire progresser et à appliquer lors de vos différents voyages.

Si vous souhaitez aller plus loin dans cette démarche, rapprochez-vous du projet Zéro Waste !



6. Limiter ses émissions de carbone

Réduisez vos déplacements et visiter chaque lieu en profondeur. Evitez de prendre l'avion autant que vous pouvez, privilégiez le bus le train ou le bateau, c'est le plus respectueux pour l'environnement.

Mieux, vous pouvez facilement évaluer le volume de carbone que vous générez lors de vos déplacements grâce à différents portails. Vous pouvez également participer à des projets de réduction des émissions de carbone.

A titre indicatif voici les taux d'émission de CO 2 de différents transports :

  • TGV : 13 g CO 2 / km,
  • Voiture électrique : 22 g CO 2 / km,
  • 2 roues < 125 cm 3 : 113 g CO2 / km,
  • Avion : 118 g CO 2 / km,
  • Vélo, marche à pied : 0 g CO 2 / km *.


7. Ne pas jouer aux aventuriers irrespectueux

Rester à sa place et ne pas s'imposer là où vous l'on est pas le bienvenue. Certaine zone protégée ne sont pas ouvertes au public et aux visiteurs, il est indispensables de respecter ces restrictions et ne s'aventurez n'importe où.

Les indigènes et communautés locales sont parfois sensibles à l'arriver de visiteurs étrangers, vous ne voudriez pas perturber leur environnement et leurs habitudes.

Pour explorer au mieux un lieu et en saisir toute la complexité, reposez-vous sur les services d'un guide local. Avec un budget raisonnable (à valider avant le départ) il vous offrira un tour complet et vous en apprendrez plus.

Apprenez, comprenez et adoptez les coutumes et traditions locales, votre voyage n'en sera que plus authentique.

Enfin, optez pour une tenue adaptée à votre aventure et pour être conforme à vos convictions sélectionnez les marques ayant une politique responsable : Comment les marques d'équipement outdoor s'engagent pour la planète ?




-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

La journée mondiale de la Biodiversité et le Tourisme Durable, soutenue par la Convention sur la Diversité Biologique.

* source : consoglobe.com