CO2 compensé depuis 2015

Découvrez notre parcours vers la neutralité carbone !

Neutre en carbone depuis 2015

Pour contribuer sans attendre à la stabilisation du climat, nous avons décidé de devenir une entreprise neutre en carbone dès 2021. Conscients de l'urgence climatique, nous avons également souhaité compenser nos émissions carbone historiques depuis 2015.

Le 22 avril 2021, pour la journée de la Terre, Hardloop est devenue neutre en carbone avec effet rétroactif jusqu’en 2015 !

C’est avec beaucoup d’enthousiasme et une grande humilité que toute l’équipe Hardloop endosse ce nouveau statut que nous considérons comme un point de départ et non une arrivée. Découvrez sur cette page notre démarche pour devenir climatiquement neutre !

Pourquoi devenir neutre en carbone est important ?

Respecter l’Accord de Paris : L'Accord de Paris sur le climat (COP21) ouvert à la signature le 22 avril 2016 - jour de la Terre - a fixé comme objectif la neutralité climatique de l'économie mondiale à partir de 2050. Aujourd’hui ratifié par plus de 180 pays, il a pour objectif de limiter le réchauffement climatique à 1,5°C par rapport au niveau préindustriel en réduisant la surproduction de CO2 (dioxyde de carbone).

Limiter le réchauffement climatique : La surproduction de CO2 (dioxyde de carbone) liée à nos modes de production et de consommation est en grande partie responsable du réchauffement climatique. Ce réchauffement bouleverse la vie sur Terre et provoque de multiples catastrophes climatiques : sécheresses, inondations, cyclones, fonte des glaciers, extinctions d'espèces animales…

L'effet de serre est un phénomène naturel et indispensable à la vie sur Terre. Sans effet de serre, la température de notre planète serait de -18°C, contre une moyenne actuelle de 15°C. La Terre reçoit de l'énergie en provenance du soleil sous forme de rayonnement. Les rayons du soleil traversent l’atmosphère, composée de gaz et atteignent la surface de la Terre. L’air, les océans, les sols absorbent l’énergie de ces rayons. L’énergie absorbée est restituée sous forme de chaleur, ce sont les rayons infrarouges. Les gaz à effet de serre (dont le CO2) retiennent et repoussent ces infrarouges vers la surface de la Terre. Ce phénomène contribue à réchauffer la planète naturellement. Néanmoins, la surproduction de gaz à effet de serre et notamment du CO2 émis par les activités humaines provoque un dérèglement du climat.

Selon le Bulletin annuel de l'Organisation météorologique mondiale (OMM), agence de l'ONU, « La dernière fois que la Terre a connu une teneur en CO2 comparable (c'est-à-dire supérieur à 400 ppm), c'était il y a trois à cinq millions d'années : la température était de 2 à 3 °C plus élevée et le niveau de la mer était supérieur de 10 à 20 mètres par rapport au niveau actuel ». Il est impératif d’agir sans attendre.

« Nos enfants doivent pouvoir goûter aux plaisirs de marcher, courir, glisser, grimper et explorer une planète saine. C’est pour cela que nous avons décidé de ne surtout pas attendre et de rapidement devenir neutre en carbone. » Julien JEREMIE - Co-fondateur Hardloop

Comment Hardloop est devenue neutre en carbone ?

Etape 1 : Mesurer nos émissions
Pour parvenir à la neutralité climatique, nous avons tout d'abord réalisé notre Bilan Carbone en collaboration avec ClimatePartner (acteur indépendant spécialisé dans la protection du climat). Pour commencer, nous avons pris en compte nos émissions directes (liées au chauffage, scope 1) et indirectes provenant de l’énergie achetée (électricité, scope 2). Puis nous avons ajouté les émissions indirectes sur lesquelles nous avons moins de contrôle immédiat (scope 3). En plus des émissions habituelles du scope 3 (déplacements professionnels, utilisation de serveurs, télétravail, etc.), les émissions liées aux produits (emballage et livraison aux clients) ont également été calculées et prises en compte.

La comptabilisation de nos émissions carbone a été réalisée sur la base du GreenHouse Gas Protocol.

En savoir + sur ClimatePartner

Etape 2 : Réduire nos émissions
Pour atteindre l'objectif de la COP21 et parvenir à un monde climatiquement neutre, il est impératif de réduire collectivement nos émissions. C’est pourquoi, nous multiplions les initiatives pour diminuer nos émissions : déplacements à vélo, choix d’une énergie verte, recyclage ou réutilisation des cartons, généralisation du télétravail, catalogue proposant 15 % de produits éco-conçus et 90 % d’ici 2023… Et ce n’est qu’un début ! Néanmoins, malgré nos efforts, il subsiste un certain nombre d’émissions liées à notre activité que nous ne sommes pas encore parvenus à réduire à néant. Nous devons donc les compenser pour être climatiquement neutre.

En savoir + sur nos actions en faveur de l'environnement

Etape 3 : Compenser nos émissions de CO2
Une fois en possession de notre Bilan Carbone, pour compenser nos émissions, nous avons recherché des projets qui contribuent à réduire la quantité de CO2 dans l'atmosphère et protègent ainsi le climat. Acteur engagé depuis notre lancement à travers nos actions de recyclage et la plantation d’arbres, nous avons naturellement décidé de soutenir 3 projets dans la continuité de nos actions pour compenser nos émissions de CO2 :

Que signifie être neutre en carbone pour une entreprise ?

On qualifie de neutre en carbone les entreprises dont les émissions de CO2 ont été calculées et compensées via la contribution à des projets de protection climatique internationalement reconnus. La compensation des émissions de CO2, qui intervient après la prévention et la réduction, constitue une étape clé de toute démarche globale de protection du climat.

Les gaz à effet de serre (GES) comme le CO2 se répartissent uniformément dans l’atmosphère, de sorte que la concentration est approximativement identique tout autour de la planète. Le lieu où les émissions sont générées ou supprimées importe donc peu au regard de la concentration des GES et de l’effet de serre global.
Dès lors, il est possible de compenser les émissions qui ne peuvent être évitées localement par des projets de protection du climat situés à un tout autre endroit.

Qu’est-ce qu’un projet de protection climatique ?

Les projets de protection climatique jouent un rôle décisif dans la lutte contre le réchauffement global en permettant de réduire les gaz à effet de serre selon une procédure certifiée. Ces projets peuvent porter sur la protection de la forêt, le reboisement ou le développement des énergies renouvelables. De plus, ils contribuent au développement durable dans les pays où ils sont mis en œuvre, en améliorant par exemple l’approvisionnement en eau potable salubre ou en développant les infrastructures locales, en créant des emplois ou en préservant la biodiversité.

Pour mesurer ces effets positifs, les 17 objectifs de développement durable (ODD) définis par l’ONU constituent un instrument internationalement reconnu. Ils portent sur différents aspects allant de l’élimination de la pauvreté et de la faim, l’accès à l’éducation et à l’emploi jusqu’au développement d’énergies propres et accessibles à tous.

Les projets de protection climatique sélectionnés doivent être conformes aux standards internationalement reconnus et font par conséquent l’objet d’une certification et de vérifications selon les critères très stricts de standards tels que le « Gold Standard » ou « Verified Carbon Standard » (VCS). Ceci permet de garantir et de vérifier régulièrement que les projets répondent bien aux objectifs de protection climatique. L’une des principales exigences est que les projets constituent réellement des mesures supplémentaires et que leur contribution à la réduction du CO2 dans l’atmosphère soit mesurable.

Pour qu’un projet soit reconnu comme projet de protection du climat, les critères suivants doivent être respectés :

Additionnalité : Seuls les projets tributaires d’une aide financière supplémentaire sont éligibles. La réalisation du projet doit par conséquent être possible uniquement grâce à la contrepartie reçue en échange de la réduction de CO2. Le projet doit être entièrement financé par la vente de quotas d’émissions et l’absence d’autre possibilité de financement doit être prouvée. Les projets dont la rentabilité économique est assurée et pouvant être réalisés également sans ces revenus ne respectent pas ce critère et ne peuvent donc être utilisés pour la compensation des émissions de CO2.

Exclusion du double comptage : La réduction du CO2 ne doit être prise en compte qu’une seule fois et ne doit pas avoir été comptabilisée ailleurs. Ceci doit être garanti par le porteur du projet. Ainsi, une centrale solaire produisant de l’électricité verte ne peut entrer dans le cadre d’un projet de protection climatique étant donné que l’électricité produite à partir d’énergies renouvelables est déjà comptabilisée dans les objectifs nationaux de réduction des émissions en Allemagne.

Permanence : Les réductions d’émissions doivent avoir une durée minimale. Ce critère est particulièrement important pour les projets de reboisement et de protection des forêts : le porteur du projet doit garantir que les surfaces concernées seront préservées pendant plusieurs dizaines d’années. Les forêts destinées à être défrichées par le feu et reconverties à court terme en pâturages ne peuvent être prises en compte dans le cadre d’un projet de protection climatique.

Vérification par des auditeurs indépendants : Les projets de protection du climat doivent faire l’objet d’un audit régulier portant sur l’ensemble des critères précités, réalisé par des tierces parties indépendantes comme le TÜV, PwC ou SGS. Les auditeurs vérifient le respect des standards et quantifient a posteriori la réduction de CO2 effective. Des rapports d’avancement sont par conséquent régulièrement établis pour les projets.

« Nous sommes parfaitement conscients que ce n’est pas suffisant et que nous sommes loin d’être parfaits. A vos côtés et avec nos partenaires, nous avons encore de nombreux et longs sentiers à parcourir. Mais nous sommes certains d'aller dans la bonne direction… Nous devons tous consommer moins mais mieux ! » Guillaume RICHARD - Co-fondateur Hardloop

;